Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Le sac d'une tour du mondiste

Posted on by Juli Hundei

Avant de partir, il faut savoir se délester du superflus, puis du nécessaire, puis du vital, puis de l'indispensable, tout ça pour arriver à alléger son sac de seulement quelques kilos....

Voici ce qui m'a semblé suffisamment inaliénable pour que je décide de me casser le dos sous 11,9 kilos de matos.

  • un sac décathlon de 1,5 kilo mais que je connais très bien pour l'avoir déjà pratiqué par avant. Solide, robuste et rouge, tout ce qu'il me faut. A noter, je n'ai pas emmené de doudou avec moi, mais il est orné d'une peluche WWF offerte par ma maman et d'un éléphant hindou offert pour mes 20 ans par Gounta et récupéré dans ma feue voiture après son décès. Ces deux objets totalement futiles ont réussi là où d'autres ont tous échoué;

  • une tente une place ultra légère Big Agnes - Fly Creek UL 1 – 2014 avec un matelas autogonflant ZOR 20R REGULAR achetés d'occasion à Châlon sur Saone;

  • un sac de couchage en plume d'oie ultra léger et chaud offert par ma maman pour noël;

  • quelques vêtements (vraiment pas beaucoup) : 8 slips, 3 paires de chaussettes, 3 soutien-gorges, une paire de sous-gants, une grande écharpe cadeau de ma maman, 3 t-shirts, un pull en laine de mérinos, une veste polaire de chez Décathlon avec de très grandes poches ultra pratiques, un sur t-shirt jaune fluo à capuche, petite touche originale et visible de loin achetée dans un thrift shop aux US, un jeans et un pantacourt pour faire du sport, du théâtre ou du yoga, une paire de baskets et une paire de sandales;

  • une serviette petite et en matière que je n'aime pas mais qui prend peu de place et sèche vite;

  • une toute petite serviette, pour les jours sans douche, achetée au japon et qui a déjà fait ses preuves par le passé;

  • une trousse de toilette avec : les médicaments en cas de tout et n'importe quoi, les huiles essentielles essentielles, la brosse à dents, le mascara pour ne pas perdre sa féminité, la pince à épiler, le savon, le shampoing, l'après shampoing et la brosse pour cause de décision de garder les cheveux longs, l'alcool à 90°, une couverture de survie et des sacs plastiques imperméables, des pansements et des cachets pour assainir l'eau;

  • une gourde, un couteau, une lampe frontale et un pisse debout pour faire comme un homme et ne pas risquer d'infection urinaire handicapante en milieu hostile;

  • quelques matériaux à visée électronique qui à eux seuls prennent une moitié du poids de mon bardage : un ordinateur léger et pas trop peu performant (1,3 kilos avec le chargeur et la pochette de transport), un appareil photo réflex avec ses deux objectifs les plus importants : un grand angle et un 50 et tant pis pour le reste...), une caméra go-pro avec quelques accessoires, un smartphone pour avoir un moyen de communication d'urgence et un média d'accès à internet moins voyant que l'ordinateur, une montre qui fait alarme pour éviter d'être dépendante de la batterie du smartphone, un adaptateur de voiture pour recharger quelques batteries si besoin et chauffeur sympa et un lecteur mp3 et un gros casque pour avoir de la musique à échanger;

  • une trousse avec quelques stylos pour écrire, dessiner, faire des pancartes;

  • un petit sac à dos vert fluo pour être visible, et un tout petit sac à dos ultra léger qui se plie comme un k-way et se range dans une poche (décathlon) en cas de besoin;

  • une pochette pour cacher mes papiers et mes billets sur mon ventre, deux portes-monnaies identiques avec dans le fake quelques pièces, un billet et une vieille carte bleue désactivée pour tromper un éventuel voleur;

  • et pour finir, un élément qui m'est extrêmement utile pour attirer la sympathie de mes contemporains à l'international : un drapeau « tour du monde » monté sur son bâton.

Le sac d'une tour du mondiste
Le sac d'une tour du mondiste

Comment on this post